Tajwid


 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les mérites de la lecture et de l'apprentissage du Coran

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Oum_Mohammed
Admin
Admin
avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 10/11/2009

MessageSujet: Les mérites de la lecture et de l'apprentissage du Coran   Lun 23 Nov - 12:51

Assalam 3alaykoum

1ère Lecture du livre de l’imam An Nawawi :

Cette rissala est de l’imam an-Nawawi, elle est divisée en plusieurs chapitres:

Le 1er chapitre du livre : “ les mérites de la lecture du Coran et de ceux qui
connaissent le Coran par cœur ”.

Sourate Ghafir :

Verset 29. ‹O mon peuple, triomphant sur la terre, vous avez la royauté aujourd'hui. Mais qui nous secourra de la rigueur d'Allah si elle nous vient?›
Pharaon dit: ‹Je ne vous indique que ce que je considère bon. Je ne vous guide qu'au sentier de la droiture›.
Verset 30. “ Et celui qui était croyant dit: ‹O mon peuple, je crains pour vous un jour semblable à celui des coalisés. ”

II a été rapporté dans les sahahayn que le prophète (sala lahou aleyhi wa Salem) a dit : "le meilleur d’entre vous est celui qui l'a appris et l’a enseigné aux autres ” (en parlant du Coran)
D’après Aïcha (radi allahou anha), le prophète (sala lahou aleyhi wa Salem) a dit:
"celui qui récite le Coran avec habilité sera avec les anges scribes, purs et nobles et celui qui récite le Coran avec difficultés aura 2 récompenses"
Rapporté par Boukhari et Muslim.



Il a été rapporté dans les sahahayn que Ibnou 3mar a dit que le prophète (sala lahou aleyhi wa Salem) a dit:
"la jalousie n’est permise que dans 2 choses:
-un homme à qui Allah a permis d'apprendre le Coran et qui passe le jour et la nuit à le lire et a médité sur son contenu
-un homme à qui Allah a donné une fortune et qui la dépense en aumône à tout moment du jour et de la nuit"

Le prophète (sala lahou aleyhi wa Salem) a dit :
"Abou Oumama a entendu le messager (sala lahou aleyhi wa Salem) dire:

Réciter le Coran, car le jour de la résurrection, il intercédera pour ceux qui l'ont récité"

Omar ibn al khatab a dit que le prophète (sala lahou aleyhi wa Salem) a dit :
"Grâce à ce livre Allah élèvera des gens et abaissera d’autres"


Le prophète (sala lahou aleyhi wa Salem) a dit:
"Celui qui ne retient dans son cœur aucune lettre du Coran est comparable à une maison en ruine"
d’après Ibn 3bas (radi allahou anhou)


Le 2ème chapitre
:

On devance toujours celui qui a appris le plus de Coran.
Dans le sahih de Muslim le prophète (sala lahou aleyhi wa Salem) a dit : "celui qu’on a toujours devancé dans la prière, c’est celui qui lit le mieux et le plus le Coran".

Dans sahih Al Boukhari, il est rapporté d’après Ibn 3abas :
“ Ceux qui lisaient beaucoup le Coran étaient toujours dans les assemblées de Ibn 3omar et ses consultants lisaient aussi ”
Le prophète (sala lahou aleyhi wa Salem) ordonnait quand on enterrait les martyrs
d’Ouhoud de devancer vers al qibla les martyrs qui connaissaient le mieux al Quran et les plus savants d’entre eux.
L’imam achafi3i disait que la lecture du Quran est mieux que tout autre forme
d’invocations.


Le 3ème chapitre:

Le fait d’être généreux envers les gens du Quran et l’interdiction de leur faire du mal.
L’imam An-Nawawi a cité quelques versets coraniques :

Sourate al hadj :

Verset 30. “ Voilà [ce qui doit être observé] et quiconque prend en haute considération les limites sacrées d'Allah cela lui sera meilleur auprès de Son Seigneur. Le bétail, sauf ce qu'on vous a cité, vous a été rendu licite. Abstenez-vous de la souillure des idoles et abstenez-vous des paroles mensongères. ”
Verset 32. “ Voilà [ce qui est prescrit]. Et quiconque exalte les injonctions sacrées d'Allah, s'inspire en effet de la piété des cœurs. ”


Sourate al ahzab :

Verset 58. “ Et ceux qui offensent les croyants et les croyantes sans qu'ils l'aient mérité, se chargent d'une calomnie et d'un péché évident. ”

Et cela prouve donc qu’il faut être bon et généreux envers les gens du Coran et ne pas leur faire de mal il a été aussi rapporté par Abou Daoud



Le 4ème chapitre :

L’enseignement :

L’enseignant doit éduquer ses élèves par étape en se basant sur la sunnah et les bonnes moralités, il doit les inciter par sa pratique et ses paroles à la sincérité et à la véracité tout en ayant une bonne niya et à penser qu’Allah les surveille à tout moment, il doit leur montrer qu’en faisant cela ils auront la lumière de la connaissance et la bénédiction dans leurs sciences et toute leur situation et la réussite dans leur pratique et acte et leurs cœurs seront ainsi ouverts. Il doit aussi les inciter à réviser ce qu’ils ont appris et quand il voit qu'un de ses élèves fait plus d’effort et est sérieux alors qu’il lui fasse des éloges, s’il ne craint pas pour lui la fitnah de l'ostentation ou l’orgueil et qu’il soit sévère envers celui qui ne fait pas beaucoup d’efforts, mais d’une façon à ne pas le faire fuir, donc dans le cas où ils sont trop nombreux qu’il enseigne aux premiers puis aux suivants et ainsi de suite et qu’il les interrogent régulièrement sur leur situation et qu’il se renseigne sur l’absence d'un d’eux, il ne doit pas s’abstenir d’enseigner à une personne sous prétexte qu’il n’a pas une bonne niya.



Il doit faire en sorte de ne pas trop bouger son regard ou sa main inutilement ou d’écouter d’autres personnes sauf celui qui lit, qu’il s’assoit en état de pureté en direction de la qibla dans des habits propres et blancs, qu’ils fassent 2 raqaa avant de s’asseoir que ce soit dans une mosquée ou autre (et s’il se trouve dans une mosquée cela est plus important car il est déconseillé de s’asseoir dans la mosquée sans avoir fait ces 2 raqaas) qu’il s’assoit en tailleur s’il veut ou dans une autre position ou qu’il s’assoit sur ses genoux et qu’il fasse en sorte de laisser le maximum de place à ceux qui viennent écouter (3abdullah Ibn Mas3oud (radi Allahou anhou) le faisait), il ne doit pas se déplacer pour une personne même si ceux qui apprennent sont les gouverneurs et comme disait un des salafs "la science, on va la chercher, ce n’est pas elle qui doit venir nous chercher"



L’enseignement est un fard kifaya, si un du groupe le fait les autres ne sont plus obligés de le faire et si tout le monde s’abstient d’enseigner alors ils sont dans le péché à moins qu’il y ait une raison, mais si dans le groupe il y a une seule personne qui a la capacité d’enseigner alors cela devient pour elle obligatoire.


Le comportement de l’élève :

Le adab (comportement) de l’élève doit être le même que celui de l’enseignant. Il doit s’écarter de tout ce qui va l’empêcher d’avancer dans son apprentissage sauf pour un besoin. Il doit nettoyer et purifier son cœur de toutes souillures pour être prêts à accueillir le Coran et l’accepter. Il doit être modeste pour la science car c’est par la modestie qu’il va l’atteindre.
proverbe : " la science est une guerre contre l’arrogance"
Il doit être modeste vis à vis de son enseignant même s’il est plus jeune, moins pieux ou moins célèbre que lui et il doit obéir à son enseignant et le consulter et il doit être avec lui comme le malade et son médecin quand il s’agit de prendre de ses conseils. Qu’il ne prenne sa science que de ceux qui sont aptes de donner cette science et de qui on est sûr de leur religion. Il doit toujours regarder son enseignant avec respect et doit penser qu’il est plus apte que lui et qu’il a plus de mérites que lui et quand il rentre voir son enseignant qu’il soit dans un habit propre, de préférence blanc, qu’il utilise as-siwak et que son cœur soit éloigner de toute chose inutile. Qu’il n’entre jamais chez son enseignant sans sa permission, sauf si l’enseignant est dans le besoin et qu’il n’a pas besoin de lui demander l’autorisation, qu’il passe le Salem à tout le monde en entrant et doit faire encore plus pour son enseignant, et de même pour partir qu’il n’enjambe pas les personnes assises, ses camarades de classe et qu’il ne fasse lever personne de sa place. Et qu’il ne s’assoit jamais entre deux personnes sans leur autorisation et s’il l’autorise alors qu’il se resserre sur lui-même pour ne pas les gêner.


On rapporte que 3ali Ibnou 3abdelmoutalib, parmi les droits des savants sur toi :
-tu salues les gens et tu le salues d’une manière particulière,
-que tu t’assois devant lui
-ne pas faire des signes de la main ou des yeux nombreux devant lui
-que tu ne dis pas le contraire de ce qu’il a dit ou de dire "tel a dit le contraire de ce que tu as dit"
-ne fais pas de médisance
-ne tire pas sur ses habits
-et n’insiste pas trop avec lui, s’il fait moins d’efforts
-et ne sois pas lassé de son enseignement quel que soit la durée de cet apprentissage
Si son enseignant s’absente qu’il patiente en l’attendant sauf s’il n’a pas la capacité de le faire alors qu’il quitte l’assemblée. Il doit avoir un bon adab (comportement) avec ses camarades de classe car cela représente le bon adab avec son enseignant. Il doit s’asseoir devant son enseignant de la manière de celui qui vient apprendre. Il ne doit pas élever sa voix de façon inutile et sans raison, il ne doit pas rire pendant le cours, il doit éviter de trop parler sans raison, de s’amuser, de faire des gestes inutiles et des mouvements inutiles mais qu’il soit diriger en direction de son enseignant et être à l’écoute de ce qu’il dit. Il ne doit pas lire le Coran à son cheikh dans le cas où le cheikh n’est pas de bonne humeur, s’il a soif, faim, énervé, ou très heureux, s’il a sommeil ou autre car il ne sera pas concentré et son cœur sera ailleurs mais il doit profiter des moments où l’enseignant est motivé quand il n’a pas de soucis et qu’il patiente sur le mauvais adab de l’enseignant, il ne faut pas que cela l’empêche de rester avec lui et d’apprendre et il faut qu’il lui trouve des excuses.


Suite du 4ème Chapitre : le adab de l’élève avec son enseignant :

Il faut qu’il soit une personne qui cherche à apprendre et qui soit persévérante, mais qu’il ne se contente pas du peu qu’il sache s’il peut faire mieux, et qu’il n’en fasse pas trop non plus car il pourrait se lasser et perdre ce qu’il avait acquis avant et ses points-là diffèrent selon les personnes. Quand il arrive dans une assemblée de cheikh mais qu’il ne les trouve pas alors qu’il les attende et patiente sauf s’il connaît leurs horaires et dans le cas où il arrive et trouve le cheikh endormi ou occupé alors il ne faut pas qu’il le dérange mais ne demande pas la permission d’entrer pour ne pas le déranger. Il doit en profiter, pour faire plus d’efforts et apprendre dans les moments libres et où il est motivé, où il se sent fort physiquement et où il n’a aucune autre préoccupation ; il doit profiter avant la venue des soucis, du manque de temps, de la vieillesse etc. Il doit profiter pour apprendre tôt le matin car le prophète (sala lahou aleyhi wa Salam) a fait une dou3as pour mettre la baraka dans le début de la matinée. Il ne doit pas être jaloux vis à vis de ses camarades et de ses frères et qu’il ne se vante pas de ce qu’il a acquis, il ne doit pas le faire par riya' (ostentation), la solution et le remède pour ne plus se vanter ce sont qu’il se rappelle sans cesse que ce qu’il a acquis ce n’était pas par sa propre force mais c’est par la grâce d’Allah, donc de ce fait, il n’a pas à se vanter de ses acquis qui ne viennent pas de lui. Le remède pour la jalousie c’est qu’il sache que la sagesse et la hikma d’Allah a voulu que ce mérite ou cette qualité soit chez telle personne et qu’il ne déteste pas ce qu’Allah a voulu mais qu’il accepte et ne s’oppose pas à cette volonté d’Allah.
Le remède de l’ostentation c’est qu’il sache que riya' lui annule ses actions dans l’au delà et lui enlève la baraka dans la dounia et il va donc mériter la critique.


Le 5ème chapitre: le adab de celui qui porte le coran dans son cœur (celui qui le
connaît par cœur)

L’imam an-nawawi (rahimahoullah) a dit : on a déjà vu quelques uns de ces comportements dans le 4e chapitre.
Parmi les comportements de celui qui porte le coran dans son cœur :
· il doit avoir un très bon adab
· avoir les meilleures qualités
· qu’il s’écarte de tout ce que le coran a interdit
· il doit se préserver de gagner de l’argent de manière qui le déshonneur et qu’il
préserve son honneur
· il doit se mettre au dessus des gens tyrans et des gens orgueilleux et en même
temps être modeste envers les gens pieux et pauvres
· qu’il soit serein
On rapporte que 3abdullah ibn mas3oud a dit : le porteur du coran, on doit le reconnaître la nuit quand les gens dorment et le jour quand les gens mangent et par sa tristesse quand les gens sont heureux et par sa crainte quand les gens rient et par son silence quand les gens rentrent dans des fitnahs et autres.
Hassan al Basri disait que ceux qui étaient avant, voyez en al qoran des messages d’Allah alors ils les pratiquaient de jour et de nuits, le porteur du coran porte la bannière de l’islam alors qu’il ne s’amuse pas avec quoi il s'amuse, avec ceux qui s’amusent et qui sont distraits, et ceux qui bavardes. Le porteur du coran ne doit pas utiliser la lecture du coran comme un moyen de gagner de l’argent et des paroles des salafs et du prophète (sala lahou aleyhi wa salam) viennent le prouver, mais en ce qui concerne le fait de gagner de l’argent pour enseigner le coran il y a eu divergence. Achafi3i et 3ata et malik l’ont autorisé, Azouhri , Abou hanifa et d’autres l’ont interdit mais l’imam An-Nawawi a dit: les hadiths authentiques montrent que cela est permis, il doit lire souvent le coran et les salafs avaient des habitudes différentes pour lire le coran en entier; certains le lisaient tous les 2 mois, d’autres tous les mois, d’autres toutes les 10 nuits, d’autres en 8, en 5, en 4, etc..et d’autres chaque nuit. On rapporte même que certains lisaient le Coran en entier 2 fois dans le même jour mais la majorité d’entre eux le lisaient en 7 nuits et beaucoup d’autres en 3 nuits. Le fait de lire le Coran diverge d’une personne à une utre. Chacun doit lire selon ses possibilités et ses capacités de comprendre, de même pour ceux qui ont des responsabilités, ils doivent lire le Coran de manière à ne pas négliger leurs devoirs et il faut aussi prendre en compte les responsabilités de chacun et celui qui n’est pas concerné par ces derniers alors qu’il lise le Coran mais de façon à ne pas se lasser, en ce qui concerne les moments préférés pour clôturer la lecture du Coran c’est le début de la journée ou dans la nuit, d’autres disent qu’il est mieux qu’il la clôture une fois en début de journée et une autre fois dans la nuit, pour ceux qui veulent la clôturer en début de journée qu’ils le fassent avant les 2 raqaas de fajr ou après et pour ceux qui veulent la clôturer la nuit qu’ils le fassent après al maghreb.
Il doit lire beaucoup le coran la nuit et il doit lire davantage la nuit et en prendre soin plus la nuit car c’est le moment où on est loin des soucis et cela le préserve de riya' et de tout ce qui annule les actes. Et aussi c’est un moment ou Allah "descend" et où la dou3a est acceptée, toutes les preuves du coran et la sunnah et le consensus montrent tous les mérites de la lecture du coran la nuit, même si c’est peu et si on peut lire plus c’est mieux sauf si c’est toute la nuit il faut éviter que ce soit tout le temps pour gagner la récompense de la lecture de nuit du coran. Et celui qui n’a pas pu lire le coran LA NUIT alors qu’il le fasse LE JOUR. On rapporte de Muslim que le prophète (sala lahou aleyhi wa Salam) a dit : "celui qui s’est endormi sans avoir lu son hizb ou une partie de son hizb la nuit et qu’il le fait entre la prière d’al fajr et de dohor alors Allah lui inscrit comme s’il avait lu la nuit"
Il ne faut pas qu’il fasse des choses qui amènent le porteur du coran à oublier ses acquis.

Le 6ème Chapitre : Le adab à avoir quand on lit le Quran :

L’imam An-Nawawi a dit que quand la personne. lit, elle doit le faire avec sincérité tout en respectant les limites du adab (comportement) avec le Coran et il doit se dire qu’Allah est en train de l’observer et qu’il se rappelle qu’il est en train d’invoquer Allah.

Avant de commencer à lire le Coran, le lecteur doit nettoyer sa bouche et ses dents avec le siwak. Il utilise d’abord un siwak 3od arrak ou alors s’il ne trouve rien qu’il utilise les autres moyens ou encore avec ses doigts. Quand il se brosse les dents qu’il le fasse de droite à gauche en commençant par la droite, horizontalement ou verticalement, les 2 il n’y a pas de mal et ce dans la niya (l’intention) d’appliquer la sunnah et qu’il nettoie ses dents de l’intérieur et de l’extérieur et qu’il passe le siwak légèrement sur son palais et qu’il utilise un siwak ni dur ni trop souple mais entre les deux et il est permis d’utiliser le siwak d’une autre personne avec son autorisation mais si la personne a la bouche impure qu’il lave le siwak et s’il n’avait pas fait cela avant la lecture du Coran alors c’est déconseillé.
Il est recommandé à celui qui veut lire le Coran d’être en état de pureté mais s’il le lit en état de petite impureté cela est permis par le consensus et s’il ne trouve pas de quoi se purifier alors qu’il fasse atayamum. Par contre, pour la femme qui a ses menstrues ou celui qui est en état de djanaba, il leur est interdit de lire le Coran sauf s’ils le lisent dans leur cœur sans le prononcer et il leur est permis de regarder dans le moushaf sans le toucher (et il y a divergence sur le sujet). Tous les musulmans sont d’accord, qu’il est permis de faire pour ceux là toutes les formes d’invocations, prière sur le prophète (sala lahou aleyhi wa Salem),...
L’imam An-Nawawi a dit qu’une fois qu’ils sont purifiés (de djanaba ou des menstrues) il doivent faire les ablutions et ensuite lire et s’il ne trouve pas de quoi se purifier qu’ils fassent atayamoum, il est recommandé au lecteur du Coran de le faire dans un endroit pur et le meilleur endroit est la mosquée mais lire le Coran dans la douche ce n’est pas déconseillé. Abou Hanifa et d’autres disent que c’est déconseillé mais ceux qui disent que ce n’est pas déconseillé sont : l’imam Achfi3i, 3ata, l’imam Malik et Noukha3i.
Lire sur le chemin n’est pas déconseillé tant que celui qui le lit n’est pas distrait (selon Abou Darda,
l’imam Malik a dit que c’est détestable et d’autres ...).
Il est recommandé pour le lecteur, quand ce n’est pas dans la salat qu’il se dirige vers la qibla, qu’il s’asseoit sereinement comme s’il était assis devant son professeur (mais il est permis de s’allonger sur son lit ,mais il n’aura pas la récompense du premier).
Quand la personne commence à lire le coran qu’elle dise " a3oudhou billahi min al shaytani radjim" ou alors "a3oudhou billehi sami3ou al 3alim min al shaytani radjim" ce n’est pas une obligation mais c’est préférable, il est conseillé de le faire pour chaque raqaa dans la salat et d’autres disent que dans la 1ère raqaa, il est conseillé aussi de faire ata3ayoun quand on prie sur le mort :et on le fait à haute voix quand ce n’est pas dans la salat. Sur le fait de le dire à voix haute dans la salat il y a 2 avis.
Il est conseillé au lecteur de dire “bismillah” avant chaque sourate sauf la sourate atawba (sourate 9) et certains oulamas disent que “bismillah” fait partie de la sourate, que c’est un verset donc il ne faut pas négliger cette action. Pour celui qui veut lire le Coran qu’il le fasse avec concentration et qu’il médite dessus car c’est ce qui purifie les cœurs. Beaucoup de salafs répétaient le même verset toute une nuit et d’autres se sont évanouis et d’autres sont morts en lisant le Coran tellement ils ont médité dessus. Ibrahim al Khawas a dit : le remède se trouve dans 5 choses :
· -lire le Coran avec méditation
· -un ventre vide
· -qiyyam al leyl
· -faire dou3as avant al fadjr
· - s’asseoir avec les pieux
Aussi, le fait de pleurer en lisant le Coran est conseillé et c’est un signe de la piété du serviteur d’Allah et pour pouvoir pleurer le lecteur doit méditer sur les versets, le châtiment etc., et qu’il pense qu’il ne fait pas assez et qu’il néglige mais s’il ne pleure pas pour ces raisons alors qu’il pleure pour ne pas avoir atteint cette chose, il lui est recommandé aussi de le lire en psalmodiant verset par verset et lentement. Et, il est rapporté que le prophète (sala lahou aleyhi wa Salem) et aussi des salafs avait ce adab et il est déconseillé, d’autre part, de le lire de manière rapide et c’est pour cela que certains oulémas disent qu’il est meilleur de lire un seul chapitre mais avec tartil(psalmodie) et qu’il soit touché par les versets, que 2 chapitres rapidement sans comprendre, mais celui qui ne le comprend pas qu’il le lise lentement car c’est un moyen de méditation et cela a plus d’effets sur notre cœur.


Suite du 6ème chapitre : le adab à avoir quand on lit le Quran :

Quand le lecteur lit les versets sur la miséricorde qu’il remercie Allah pour cela et qu’il demande à Allah qu’il lui donne de cette miséricorde et quand il lit les versets sur le châtiment alors qu’il demande protection contre le châtiment et quand il lit les versets sur la glorification d’Allah alors qu’il Le glorifie et cela que ce soit en salat avec un imam ou tout seul ou que ce soit hors de la salat car cela est une sunnah du prophète (sala lahou aleyhi wa Salem) comme l’ont rapporté Boukhari et Muslim.
Il n’est pas permis de lire le Coran en une autre langue que l’arabe que ce soit dans la salat ou autre car s’il lit le Coran dans sa salat avec une autre langue, elle ne sera pas acceptée d’après l’école de Malek Chafi3i Ahmed et pour celui qui ne maîtrise pas l’arabe cela est permis selon Abou Hanifa et ses 2 compagnons Abou Youssouf et Mohamed.
Il est permis de lire avec les 7 façons connues et il y a le consensus des oulémas sur ce fait. Et il est interdit de lire d’une autre manière que ces façons là, ou par des versions marginales. Si la personne lit d’une version marginale et qu’il a conscience de son interdit alors sa prière est annulée mais si c’est par ignorance alors sa salat reste valide mais sa lecture n’est pas prise en considération (une version marginale : une version singulière, pas connue ramenée par une personne et contredit par les autres).
Si le lecteur du Coran commence à le lire d’une façon, qu’il continue jusqu’à la fin de la même façon, car il ne peut mélanger plusieurs façons de le lire.
Il est préférable pour le lecteur du Coran de lire dans l’ordre du Coran (sourate al fatiha vers sourate an-nas). Si une personne a lu dans la 1ère raqaa la sourate an-nas qu’elle lise dans la 2ème raqaa le début d’al baqara car il y a une hikma dans cela sauf dans certains cas où dans la sunnah se trouve le contraire.
Ex : dans la salat d’al 3aid ; 1ère raqaa : sourate qaf et 2ème raqaa : sourate qamar
Ex : dans la salat d’as-sobh les vendredis : 1ère raqaa : sourate sajda et 2ème raqaa : sourate ghachiya.
Il n’y a pas de mal dans le fait que les enfants apprennent le Coran de la fin vers le début. Il est interdit de lire la sourate en commençant de la fin vers le début, le mieux est de lire le Coran à partir du moushaf (le livre) car il y a 2 récompenses dans cela. Cela est mieux que de le lire de tête. On rapporte cela de certains des salafs, mais si la personne est mieux concentrée et médite mieux sur les versets en les lisant de tête, alors il devient meilleur qu’il le lise de tête.

Lire le Coran à haute voix : Il est rapporté par beaucoup de hadiths qui montrent qu’il est meilleur de lire le Coran à voix haute et aussi il y a beaucoup de hadiths qui montrent qu’il est meilleur de le lire à voix basse et donc certains des salafs choisissaient soit de lire à voix haute soit de le lire à voix basse. Les oulémas disent que le fait de lire à voix basse est mieux pour celui qui craint riya' mais s’il ne craint pas riya' alors c’est mieux qu’il le lise à haute voix et pour plusieurs raisons :
· -cela a une utilité pour lui et pour les autres, cela lui sera bénéfique ainsi qu’aux autres.
· -cela réveille son cœur et cela va le motiver davantage
· -il sera plus concentré dans sa lecture
· -il va protéger son ouïe
· -il va réveiller ceux qui dorment ou sont distraits pour qu’ils lisent le Coran, cela va les motiver à cela.
S’il réussit à réunir toutes ces niyas alors sa récompense sera fructifiée et augmentée à moins qu’il y mélange l’ostentation ou qu’il dérange des gens qui prient.

Le fait d’embellir sa voix dans la lecture du Coran: Le consensus des oulémas disent qu’il est conseillé d’embellir sa voix dans la lecture du Coran, et des hadiths authentiques le prouvent mais il ne faut pas que cela dépasse les limites , ex : ajouter une lettre ou un mad, il faut qu’il embellisse sa voix mais sans exagérer.
Achafi3i et Abou Houreyra disent que c’est mieux de lire le Coran avec la tristesse dans le cœur et celui qui n’a pas une belle voix alors qu’il s’efforce de l’embellir comme il peut il est conseillé de faire lire celui qui a une belle voix, beaucoup de groupes de salafs demandaient à ceux qui avaient une belle voix de lire du Coran et cela était une coutume des gens pieux, et cela a été prouvé par les paroles du prophète (sala lahou aleyhi wa Salem), quand le prophète (sala lahou aleyhi wa Salem) demanda à Abdullah Ibnou Mas3oud : "lis-moi un peu de Coran car j’aime l’écouter de quelqu’un d’autre" il a lu sourate an-nissa jusqu’à ce qu’il termine à un verset et se retourna vers le prophète (sala lahou aleyhi wa Salem) qui pleurait. Rapporté par Boukhari et Muslim.
Il y a beaucoup de athar qui ont montré que des hommes pieux sont morts à la lecture du Coran, il est conseillé que celui qui a une belle voix clôture une assemblée tout en s’adaptant à la situation.
Il est recommandé à celui qui lit le Coran quand il s’arrête au milieu d’un verset ou d’une sourate qu’il reprenne depuis le début pour ne pas changer le sens du texte, il ne faut pas être trompé par le nombre de personnes qui font cette erreur. Et certains oulémas disent qu’il vaut mieux lire une petite sourate que de lire une partie d’une autre sourate qui est l’équivalent d’une petite sourate mais qui change le sens des versets.

Situations où il est déconseillé de lire le Coran :

· -dans la rouqou3
· -dans le soujoud
· -quand on est au toilette
· -quand la personne a sommeil
· -pendant al khotba s’il l’écoute
· -celui qui prie derrière l’imam quand ce dernier lit à haute voix mais ce n’est pas déconseillé pendant atawaf
· et il est déconseillé pour celui qui a la bouche impure ou celui qui est sur un chemin

7ème Lecture :

Parmi les innovations que font certains imams dans la salat at-tarawih, ils lisent sourate al an3am dans la dernière raqaa et dans la dernière nuit en pensant que cela est un acte conseillé.
Autres innovations : le vendredi matin à salat sobh, ils lisent une sourate avec une sajda et le prophète (sala lahou aleyhi wa Salem) a dit dans la 1ère raqaa : sourate asajda et la 2nde raqaa : sourate ghachiya.

Parmi les comportements à avoir pour le lecteur du Coran, s’il y a une chose qui le perturbe ou le distrait alors qu’il se préoccupe de ce qu’il le distrait et qu’il finisse la lecture plus tard pour être plus concentré.


Tiré du forum Darwa, qu'ALLAH récompense le frère qui l'a poster.


Assalam 3alaykoum

Revenir en haut Aller en bas
 
Les mérites de la lecture et de l'apprentissage du Coran
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Problèmes de lecture: dyslexie possible ou apprentissage à approfondir?
» Sourate Al-Kahf : les mérites de sa lecture le vendredi
» LA CO-LECTURE DE LA BIBLE ET DU CORAN POSSIBLE EN TROIS POINTS :
» Enquêtes et révélations - Rites secrets et pouvoirs occultes
» 4ème : Avis sur un contrôle de lecture

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tajwid :: Discussion générale-
Sauter vers: